À propos – français

Histoire croisée de l’ethnologie et de la préhistoire en Allemagne et en France jusqu’aux années 1960

En Allemagne et en France de la première moitié du XXe siècle, les traditions disciplinaires et scientifiques et leurs contextes institutionnels se sont développés parfois de manière très différente. Mais pour ce qui concerne l’ethnologie, il existe aussi des intersections entre les deux conceptions épistémologiques nationales, propices à l’exploration de leur histoire croisée. Le regard porte en effet autant sur les savoirs que sur leur réception réflexive dans les espaces nationaux, rendant cette approche d’autant plus pertinente. Le présent programme s’est donné pour objectif de montrer comment des champs thématiques se sont influencés de façon parallèle, antagoniste ou en empruntant l’un à l’autre pour se développer au sens d’une histoire croisée.

Dans le cadre du programme ANTHROPOS (ANR-DFG 1/2015-6/2017), il a été particulièrement observé les voies par lesquelles le savoir ethnologique s’est diffusé et a été reçu en Allemagne, en France, puis dans une forme de réciprocité au miroir des pays africains. Les chercheurs associés sont intéressés aux méthodes des ethnologues, aux connaissances qu’ils ont acquises par leur truchement et aux institutions qui les portent en Allemagne et en France. Il s’est avéré que l’histoire croisée du savoir ethnologique incluait nécessairement le rapport aux disciplines voisines, notamment la préhistoire avec laquelle l’ethnologie développa des relations fécondes. En attestent les savoirs et pratiques disciplinaires hybrides et les approches similaires vis-à-vis de la culture matérielle ou de l’« Autre », qu’il soit éloigné géographiquement ou dans le temps, les institutions et associations communes, ainsi que les relations transnationales tissées entre scientifiques allemands et français.

Ce sont ces interactions entre ethnologues et spécialistes de la préhistoire, concernant par exemple l’analyse des concepts d’ethnie et de culture, qu’il s’agit maintenant d’étudier dans le programme ANTHROPOS 2 : de l’histoire d’une union à la fin du XIXe siècle au moment de l’émergence de ces champs disciplinaires et de théories s’appuyant sur des fondements conceptuels communs – tel le comparatisme ethnographique et le paradigme évolutionniste puis diffusionniste – à celle d’un divorce entre ethnologie et préhistoire dans les années 1950 où ces thèses sont fortement contestées, notamment par André Leroi-Gourhan, confirmant l’affirmation de deux sciences autonomes voire parfois antagonistes après la Seconde Guerre mondiale. En Allemagne, la question fut éminemment politique, d’abord étroitement liée à celle des origines, avant de trouver dans celle de la germanité pendant le Troisième Reich un point de convergence épineux qui conduira après la guerre à un long silence entre les disciplines. Pour ce faire auront lieu des conférences, seront organisées des expositions et publiés des ouvrages, qui auront également le soin de diffuser ces connaissances en matière d’ethnologie et de préhistoire auprès d’un large public.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.